acc
News

Alpiq et la commune de Rheinwald (GR) investissent 10 millions de CHF dans la construction d'une petite centrale hydraulique

Plus

Barrage sur le Rhône

Soutien unanime de la commission de l'économie et de l'énergie du Grand Conseil valaisan
Plus

Generalversammlung der Valgrid AG

Ausrichtung einer Dividende von 5 % auf das Aktienkapital
Mehr

Le Conseil fédéral fixe la date d'entrée en vigueur de la loi modifiée sur les forces hydrauliques au 1er juillet 2020 | Bundesrat setzt das revidierte Wasserrechtsgesetz per 1. Juli 2020 in Kraft

Plus
Mehr

Generalversammlung der Aletsch AG

mehr über das Geschäftsjahr 2019

Contexte

  • La plupart des concessions accordées par les communes concédantes aux sociétés hydroélectriques pour l’exploitation des aménagements hydroélectriques arrivent à terme, entre 2020 et 2055. Si elles exercent le droit de retour selon la législation actuelle, les communes concédantes pourront alors devenir propriétaires desdits aménagements à titre gratuit (partie mouillée) ou onéreux (partie sèche). La valeur de tous ces aménagements est estimée à environ 15 à 20 milliards de francs, aiguisant les appétits à tous les niveaux : communal, régional, cantonal et fédéral.
  • L’Etat du Valais manifeste sa volonté de reprendre en mains, majoritairement valaisannes, l’énergie produite dans le Canton et de gérer, à l’échelle cantonale, avec des partenaires, toute la chaîne de valeurs relative à la production, commercialisation, transport et distribution de l’énergie hydroélectrique.
  • La Confédération élabore les conditions-cadres relatives au tournant énergétique vers 2050, de l’efficience énergétique à la réduction de la consommation en passant par la sécurité de l’approvisionnement.
  • La sortie du nucléaire, voulue par la Berne fédérale, soustrait 40 % d’énergie nécessaire qu’il faudra combler créant des opportunités nouvelles.
  • La Confédération soutient massivement la recherche, la production et l’installation des nouvelles énergies renouvelables.
  • La libéralisation du marché de l’électricité et le soutien financier aux nouvelles énergies renouvelables cassent le prix du marché de l’hydroélectricité.
  • Les sociétés hydro-électriques, dont la situation s’est récemment péjorée, hésitent à investir, envisagent même de se désengager pour se refaire une santé financière et parce que la confiance en des retombées économiques profitables dans ce secteur est ébranlée.
  • L’émergence de priorités politiques ainsi qu’une sensibilité sociale accrue dans le domaine de l’environnement durable est une source de dissensions freinant ou bloquant l’évolution de certains projets relatifs à l’exploitation de l’énergie hydraulique : oppositions à la construction de lignes THT, qu’elles soient aériennes ou enfouies ; exigences de débits minimums dans les rivières…
  • Les modèles climatiques tendent à annoncer à long terme un réchauffement généralisé sur la planète. On parle à terme d’incidence sur les volumes d’eau stockées et par conséquent sur la production hydro-électrique.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 Surélévation du vieil Emosson
©Etat du Valais - François Perraudin

 

Powered by Actibiz